SwiSCI-Host | SPF
SwiSCI-Host | SPS

Travail

Au bureau

Stress au travail et qualité de vie – l’effet de conditions de travail contraignantes chez les personnes paraplégiques

De nombreuses études ont montré que des conditions de travail générant du stress peuvent contribuer à une diminution de la qualité de vie et de l'état de santé.

En outre, il est scientifiquement prouvé que le stress affecte surtout la qualité de vie des personnes avec une moins bonne situation sociale et financière. Ainsi, les personnes à faible niveau de formation et aux revenus modestes sont exposées à un risque plus élevé d'être atteintes de dépressions et d'être victimes d'un accident vasculaire cérébral que celles avec une meilleure situation. Des facteurs socio-économiques tels que l'instruction, le métier ou les revenus jouent par conséquent un rôle important dans les effets individuels du stress.

 

Alors que des connaissances bien étayées sur la relation entre stress au travail et qualité de vie sont disponibles pour la population générale, les études comparables font encore largement défaut lorsqu'il s'agit des personnes handicapées.

[Kristenson M., (2006). Socio-economic position and health: the role of coping. J. Siegrist & M. Marmot (Eds.). Social inequalities in health. pp. 127-151. Oxford: Oxford University Press.
Tsutsumi, A., Kayaba, K., & Ishikawa, S. (2011). Impact of occupational sress on stroke across occupational classes and genders. Soc Sci Med, 72(10), pp. 1652-1658.]

Questions

C'est la raison pour laquelle un groupe de chercheurs a analysé les données correspondantes provenant de l'enquête SwiSCI ainsi que des données provenant d'un projet international de recherche sur l'intégration de personnes paraplégiques dans le marché du travail (https://www.ilias-survey.eu/de/index.php). L'étude s'intéresse à deux questions: 1.) Existe-t-il une relation entre le stress lié à la profession et la qualité de vie des personnes paraplégiques? et 2.) L'influence d'un travail générateur de stress sur la qualité de vie est-elle plus prononcée dans des groupes sociaux défavorisés que dans des groupes privilégiés?

Démarche scientifique

Afin de répondre à ces questions, des scientifiques évaluent les données concernant 386 personnes paraplégiques et professionnellement actives de Suisse, des Pays-Bas, de Norvège et du Danemark. Au moment de l'étude, ces personnes travaillaient au moins 18 heures par semaine.

Variable

Total tous les pays

Pays-Bas

Suisse

Danemark

Norvège

Facteurs socio-demographiques

         

Moyen âge

47.8

47.6

46.9

50.0

48.0

Masculin %

74.6

76.9

81.7

65.9

67.6

Heures de travail par semaine

29.5

29.9

29.4

30.4

28.9

Paralysie

         

Paraplégie %

74.0

71.3

78.7

71.4

73.3

Années dès paraplégie

19.9

19.8

18.1

19.6

22.0

Les scientifiques distribuent les concepts «stress au travail», «qualité de vie» et «statut socio-économique» à des facteurs qui peuvent être mesurés à partir des données recueillies. Die

Ainsi, le stress au travail est mesuré à l'aide du déséquilibre entre l'engagement (par ex. travail fourni, pression liée au temps ressentie, exigences élevées) et la récompense (par ex. estime, rémunération adéquate). Une disproportion entre ces facteurs peut provoquer des réactions de stress dans la vie professionnelle. Il a également été demandé aux participants dans quelle mesure ils avaient, en tant qu'employés, une influence sur les processus liés au travail, car il est bien connu qu'un faible contrôle à son poste de travail contribue aussi à des réactions de stress au travail.

Pour évaluer la qualité de vie des personnes interrogées, il leur était demandé comment elles jugeaient leur qualité de vie générale et si elles étaient satisfaites de leur état de santé, de leurs relations sociales, de la réalisation des activités quotidiennes et de leur situation en matière de logement.

Le statut socio-économique est décrit à l'aide de la formation scolaire et de la situation financière.

Résultats

Les analyses montrent que la qualité de vie des employés paraplégiques variait en fonction de l'importance du stress auquel ils étaient exposés au travail. Les personnes qui font face à un déséquilibre entre leur performance au travail et leur rémunération ont un risque plus élevé d'avoir une qualité de vie basse. Elles sont en outre moins satisfaites de leur état de santé, de leurs relations sociales, de leurs activités quotidiennes et de leur situation en matière de logement.

Les chercheurs ont constaté des relations comparables chez les personnes n'ayant qu'une faible influence sur l'organisation de leur travail, le rythme de travail ou les décisions liées au travail. D'une manière générale, ces personnes font état d'une moins bonne qualité de vie que les personnes ayant davantage de possibilités d'influencer ces facteurs.

Ce que cette enquête ne confirme toutefois pas est qu'un travail stressant entraîne une baisse de la qualité de vie, notamment dans les groupes socio-économiques défavorisés. Il en résulte que les données ne montrent pas que les personnes avec une lésion de la moelle épinière et n'ayant qu'une formation modeste et affectées par des problèmes financiers souffrent davantage des conséquences de conditions de travail contraignantes que les personnes jouissant d'une meilleure position.

Une raison pouvant expliquer l'absence de telles relations serait que l'enquête a été menée dans des pays qui disposent d'un système social et de santé performant. On peut admettre que les conditions cadres sociales favorables dans ces pays, comme par exemple la sécurité sociale, des mesures de protection lors du travail ou des soutiens financiers amortissent les effets négatifs du stress au travail sur la qualité de vie de groupes défavorisés.

Il serait par conséquent intéressant de mener une étude comparable dans des pays où le système social est moins développé. En outre, dans le cas des personnes avec lésion de la moelle épinière, le soutien social par les proches, les amis et les prestataires de services de prise en charge joue un rôle particulièrement important pour assurer une qualité de vie et un état de santé de haut niveau. On peut admettre que le soutien social permet également de minorer les effets négatifs du stress au travail.

Pour résumer, on peut retenir les points suivants: la contrainte chronique liée au stress au travail peut entraîner, à long terme, une plus mauvaise qualité de vie subjective et une moindre satisfaction dans différents domaines de la vie. Les effets du stress au travail sur la qualité de vie ne semblent cependant pas dépendre du niveau de formation ou de la situation financière des employés.

Ici vous trouvez le PDF de l'article scientifique (anglais):
Fekete C, Wahrendorf M, Reinhardt JD, Post MW, Siegrist J.: Work stress and quality of life in persons with disabilities from four European countries: the case of spinal cord injury. Qual Life Res. 2014 Jan 3. [Epub ahead of print].

Download: Fekete_2014_workstress_SCI.pdf

Mots-clés: Stress, Qualité de vie, Travail

Imprimer

Cookies make it easier for us to provide you with our services. With the usage of our services you permit us to use cookies.
More information Ok