SwiSCI-Host | SPF
SwiSCI-Host | SPS

Activités physiques & sport

Jouer le tennis

Sport et santé – Quelles sont les personnes qui suivent les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé?

À ce jour, il n’existe que peu de connaissances en Suisse sur l’étendue des activités physiques pratiquées par les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière. Une étude de la SwiSCI en offre désormais un premier aperçu.

Les auteurs de l’étude ont cherché à savoir quelles personnes suivaient les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en matière d’activité physique et quelles étaient les moins actives et celles qui devraient être spécifiquement encouragées à l’avenir. 

L’activité physique est une composante majeure d’un mode de vie sain. Elle favorise la bonne irrigation des vaisseaux sanguins, stimule le métabolisme et a un impact positif sur le système immunitaire et la santé mentale. Une activité régulière permet de réduire le risque de survenue de maladies cardiaques, de surpoids et d’ostéoporose. [1,2] Les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière ont justement un risque accru de développer ces pathologies, et l’activité physique est ainsi d’autant plus importante pour elles. [3]

Recommandations de l’OMS relatives à l’activité physique et ses bénéfices pour la santé

  • Activité d’endurance au moins 2,5 heures par semaine d’une intensité à tout le moins modérée (activant respiration et transpiration)

  • Des exercices de renforcement musculaire au moins 2 x par semaine

Ces recommandations s’appliquent à tous en général, ce qui inclut les personnes handicapées. Néanmoins, la transposition de ces recommandations aux personnes souffrant de lésions de la moelle épinière n’ont pas fait l’objet d’études jusqu’à ce jour.

Il s’agit le plus souvent d’efforts d’endurance faciles

Dans l’étude de la SwiSCI [4], la moitié des 485 participants à l’étude ont indiqué s’adonner à des activités physiques 6 heures au moins par semaine au total. La plupart du temps, les personnes interrogées pratiquent des activités d’endurance uniquement de faible intensité (environ 3 heures). Par ailleurs, la moitié d’entre elles consacrent moins d’une heure par semaine à des exercices de renforcement musculaire.

Des différences significatives en termes de durée totale consacrée à l’activité physique ont été constatées surtout entre les personnes âgées de moins de 30 ans (env. 9 h/semaine) et celles de plus de 71 ans (4,5 h/semaine) ainsi qu’entre les utilisateurs d’un fauteuil roulant manuel (env. 7 h/semaine) et ceux utilisant un fauteuil électrique (env. 4 h/semaine).

18 % des personnes interrogées ont répondu ne pratiquer aucune activité physique. Parmi celles non actives, on trouve notamment des personnes âgées de plus de 70 ans, les cinq premières années après survenue de la paraplégie, des personnes entièrement tétraplégiques, des personnes pouvant marcher et des utilisateurs de fauteuil roulant électrique.

Une personne sur deux suit les recommandations de l’OMS

Au total, environ 50 % des personnes interrogées suivent les recommandations de l’OMS en matière d’activité d’endurance.  Des différences significatives sont constatées en fonction:

  • du sexe (hommes: 51%, femmes: 41%)
  • de l’âge (figure 1)
  • de la gravité de la lésion (paraplégiques: 52%, tetraplégiques: 41%)
  • du mode de déplacement (figure 2)

Figure 1: pourcentage de personnes suivant les recommandations de l’OMS en matière de l'âge

swisci newwsletter 01 2016 diagramm 05

Figure 2: pourcentage de personnes suivant les recommandations de l'OMS en matière de la locomotion

swisci newwsletter 01 2016 diagramm 06

Heureusement, le pourcentage de personnes pratiquant régulièrement une activité physique, tel que recommandé par l’OMS, est relativement élevé. Mais souvent, certains groupes de personnes n’atteignent pas, en grande partie, l’intensité recommandée e . C’est pourquoi des programmes visant à promouvoir l’activité physique devraient notamment tenir compte des besoins des femmes, personnes âgées, tétraplégiques, utilisateurs de fauteuil roulant électrique et personnes paraplégiques pouvant marcher.

[1] Warburton DE, Nicol CW, Bredin SS (2006) Health benefits of physical activity: the evidence. CMAJ 174:801–809. doi:10. 1503/cmaj.051351
[2] ODPHP (2008) Physical activity guidelines for Americans. Office of Disease Prevention and Health Promotion—US Department of Health and Human Services. http://www.health.gov/paguidelines. Accessed 08 March 2016
[3] Cragg JJ, Noonan VK, Krassioukov A, Borisoff J (2013) Cardiovascular disease and spinal cord injury: results from a national population health survey. Neurology 81:723–728.
[4] Alexandra Rauch, Timo Hinrichs, Cornelia Oberhauser, Alarcos Cieza. Do people with spinal cord injury meet the WHO recommendations on physical activity? International Journal of Public Health, 2016, Vol. 61, Issue 1.

Mots-clés: Santé, Comportement de santé

Imprimer

Cookies make it easier for us to provide you with our services. With the usage of our services you permit us to use cookies.
More information Ok